Dans un arrêt du 20 décembre 2017, la Cour de cassation, Chambre Sociale, vient rappeler que le salarié déclaré inapte par la médecine du travail ne peut, par la suite, faire l’objet d’un licenciement pour un autre motif, par exemple disciplinaire. L’employeur doit respecter son obligation et proposer au salarié un poste de reclassement approprié à ses capacités.

(Cassation, Sociale, 20 décembre 2017, n° 16-14983)